Commentaires sur people and places

    vernissage

    exposition à Orange Tree à Seillans du 6 juin au 23 juin
    VERNISSAGE LE 23 JUIN 2007 A 17 HEURES

    Posté par cat, 22 mai 2007 à 15:32 | | Répondre
  • Chronique d’une fin annoncée

    Il est surprenant que le jour du vernissage de cette expo soit annoncé pour le dernier jour de l’expo, comme s’il s’agissait de fêter une fin et non plus un commencement.
    Il est surprenant d’établir un parallèle entre ces faits et l’utilisation de la couleur dans le tableau. La vie semble s’être retirée des êtres (point de regard, main cadavérique, visages inexpressifs) et encore se prolonger dans la matière (vêtement, matière minérale...) par un effet de contraste saisissant dont la frontière tangible mais fragile serait la pensée philosophique de l’homme. Deux monuments, dans une représentation sublimée parce que référentielle jusque dans l’esquisse, en témoignent.
    Il est surprenant de relever qu’ici l’imperfection de la représentation est une imperfection institutionnalisée dont les codes n’échappent à personne.
    Nous restons dans le temps comme pour dire le commencement et la fin.
    La construction du tableau m’apparaît ainsi.
    Il est d’ailleurs surprenant de relever que le choix de la peintre se soit porté sur une représentation construite de la statue à travers sa destruction telle qu’elle a été imaginée en 1939 pour l’affiche d’un comité américain dénonçant « Les premiers désastres de la guerre » (slogan de l’affiche) !

    Posté par brigitte, 12 juin 2007 à 00:01 | | Répondre
  • Un peintre qui expose s'expose !

    Plusieurs choses, Catherine :
    D’abord, il n’est pas question pour moi de m’ériger en « juge » de tes peintures. Simplement, ayant un fort intérêt pour la genèse de la création chez l’artiste (ah ! le mystère de la toile blanche comme de la page blanche, de la partition immaculée... !) et ayant (de plus) une formation de sémiologue de l’image, je suis d’autant plus intéressée que je me trouve face à tes peintures avec (par le blog) la possibilité de « dialoguer » directement avec toi, la peintre, afin d’essayer de comprendre l’histoire de tes tableaux.
    Ensuite, en tant que peintre qui expose volontairement son travail, il faut t’attendre tout naturellement à recevoir des commentaires (certes, en tout genre) de la part d’un public qui accepte de t’accorder de son temps (dans les lieux d’expo, ton atelier, ton blog...) pour prendre connaissance de ton travail d’artiste. Il ne faut donc pas reprocher à ce public d’émettre des critiques (qui peuvent être positives ou négatives) ou des opinions ou des conjectures vis-à-vis de ta démarche picturale. Sans cela, tu n’exposes pas et tu gardes pour toi toute seule (ce qui serait dommage) tes tableaux.
    Par définition, lorsqu’un peintre expose, il s’expose !
    Enfin, il ne faut pas que tu sois impressionnée par ceux que tu nommes « people » et qui, pourtant, arrivent à t’amputer d’une partie de ta liberté créatrice. Il faut que tu sois beaucoup plus autonome et plus mature dans l’acte de création, que je pensais plus solitaire qu’il ne semblerait, en ce qui te concerne.
    En revanche, que tu juges ignorants parce que non créatifs les « spectateurs » de tes tableaux, (que tu nommes « people »), je ne suis pas d’accord avec toi.
    Premièrement, parce que je pense qu’il y a des amateurs éclairés (le mécénat est une réalité, son étymologie, une preuve), deuxièmement, parce que je pense qu’en peinture il n’est pas nécessaire d’être juge et partie pour apprécier et comprendre (il n’ait qu’à penser à certains peintres « maudits » de leur vivant et qui était malgré tout soutenu : je pense à Van Gogh et à son frère salvateur).
    En revanche, que le peintre craigne les effets de mode, cela est autre chose. Mais, là encore, par définition, une peinture s’inscrit dans une époque, peut-être même un mouvement, une école... (il est, par exemple, très intéressant d’analyser la notion du mouvement en peinture à différentes époques). Donc, en tant que peintre, il ne peut s’exclure. De plus, tout individu n’est jamais « vierge » (pour reprendre la métaphore de Roland Barthes) face à une image, et j’ajouterai, il en est de même face à une peinture (musée, reproduction, expo, galerie...). Donc, tu ne peux reprocher à un « spectateur » de tes tableaux (ou d’autres tableaux) de rechercher consciemment (et inconsciemment, parfois) des références affectives, factuelles et / ou conceptuelles sur lesquelles ils basent sa compréhension de ta peinture (ou celle d’autres peintres).

    J’avais perçu une dimension philosophique dans ton tableau en la représentation du Colisée et de la statue de la Liberté (je n’avais pas vu la Tour, ne voyant tes tableaux que par le blog, donc « en tout petit »), dimension philosophique qui semble transparaître dans ton commentaire.

    La peintre rencontrerait-elle son public ? ! C’est tout ce que je te souhaite lors de tes expos, dont le jour du vernissage (je ne sais toujours pas pourquoi ce sera le dernier jour de l’expo).
    L’échange...

    Posté par brigitte, 17 juin 2007 à 23:40 | | Répondre
  • c'est un concours de peinture et les toiles sont exposées durant un temps défini et le dernier jour les spectateurs votent et attribuent des prix.
    Je comprends ta démarche mais je rencontre tellement de gens qui ne savent rien et qui ne font rien et qui se permettent d'apporter leur jugement.
    Je joue le jeu pour cette expo mais c'est surtout pour apporter mon soutien dans la démarche de ce couple d'anglais qui essaie de faire partager leur passion pour l'art (surtout dans notre région Provence Alpes Côte d'Azur).
    Le Thème de cette expo était imposé.
    Voilà, je viens de faire une expo à Milan et je vais mettre les photos dès que j'aurai un peu plus de temps.

    Posté par Cat, 20 juin 2007 à 18:54 | | Répondre
Nouveau commentaire